Nous nous sommes assis avec Benjamin Corvilain, qui a récemment rejoint l’équipe en tant que COO pour nous aider à lancer l’application Curvo et à développer l’entreprise. Nous avons discuté avec lui de son précédent travail au Credit Suisse, du secteur de la finance et de ce qui l’enthousiasme le plus dans le fait de proposer un service permettant aux milléniaux belges d’investir facilement dans des fonds indiciels.

Parle-nous de toi et de ton parcours.

Je suis un praticien des marchés financiers et titulaire d’un MBA avec plus de 10 ans d’expérience dans le développement de relations de confiance à travers diverses bases de clients privés et institutionnels. Dans le cadre de mes fonctions à Bruxelles 🇧🇪, Londres 🇬🇧 et Genève 🇨🇭, j’ai travaillé en tant que Sales and Relationship Manager, Equity Sales et Regional Business Head. J’ai la passion de toujours placer la barre plus haut, de conduire une culture d’autonomisation, d’inclusion et de responsabilité propice à la maximisation des résultats dans des environnements complexes, strictement réglementés et en constante évolution.

Sur le plan privé, je suis de nationalité belgo-britannique et je vis actuellement près de Bruxelles avec ma femme Anne-Sophie et nos trois enfants, Eleanor (9 ans), Valentine (7 ans) et Edward (5 ans). En famille, nous passons principalement notre temps ensemble à faire du vélo ou à rendre visite à la famille pendant les week-ends, et nous aimons faire de la randonnée et de la voile en Corse pendant l’été. Sur un plan plus personnel, j’ai pour hobby de rénover des voitures anciennes pendant mon temps libre et de piloter ma moto, une Triumph Thruxton. Un jour, j’aimerais créer une équipe de course automobile. Enfin, cette année, j’ai commencé à entraîner l’équipe de rugby U6 de notre ville locale, dans laquelle joue mon fils Edward. Cela me permet de passer du temps de qualité avec lui et c’est un sentiment formidable de le voir se développer.

De l’extérieur, nous avons une idée préconçue du monde de la finance basée sur des films comme “Le Loup de Wall Street” et “Big Short”. Peux-tu nous décrire ce qu’est réellement ce secteur ?

Hahaha, j’ai regardé les deux, et je suggère “Margin Call” comme un autre excellent film pour ceux qui sont intéressés. Blague à part, ce serait mentir de dire que rien de fou ne se passe jamais dans le secteur financier, tout comme ce serait mentir de dire que le secteur n’est rempli que d’aspirants Jordan Belfort. Pour être honnête, la plupart des personnes que j’ai rencontrées pendant mon séjour dans les banques étaient des professionnels super intelligents qui essayaient de faire leur travail de la meilleure façon possible. Le problème vient d’ailleurs… Je pense que le système est cassé. Les banques, dans leur quête de croissance, de profits et de satisfaction des actionnaires, ont créé un environnement dans lequel les objectifs et les primes de fin d’année passent avant l’intérêt du client. C’est dommage car le secteur pourrait faire beaucoup mieux s’il adoptait un changement culturel.

Tu as passé une grande partie de ta carrière à essayer de battre le marché pour vos clients avec vos investissements. Pourquoi est-ce si difficile de le faire ?

Uuuf, c’est une question difficile. Je n’ai pas de réponse personnelle à cette question, alors permettez-moi de partager deux citations et d’aider nos lecteurs à comprendre mon point de vue sur le sujet :

“En investissant périodiquement dans un fonds indiciel, la grande majorité des investisseurs peuvent en fait surperformer la plupart des professionnels de l’investissement.” — Warren Buffet

Pour moi, cette citation nous montre qu’une approche disciplinée de l’investissement est toujours gagnante. En outre, Buffet fait référence au concept d’efficacité du marché. Bien qu’il ne soit pas un partisan de cette théorie, et moi non plus, il accepte l’hypothèse selon laquelle les prix des titres reflètent toutes les informations disponibles. Pourtant, certains ont réussi à identifier systématiquement des opportunités d’investissement lucratives. La réalité est donc peut-être que si le marché est efficace dans une certaine mesure, il n’est pas sans faille.

Cependant, un autre aspect très important entre en jeu lorsque tu investis ton argent sur les marchés financiers :

“Investir ne consiste pas à battre les autres à leur jeu. Il s’agit de te contrôler à ton propre jeu.” — Benjamin Graham

Cette citation se rapporte au domaine de la finance comportementale, qui propose que les influences et les biais psychologiques affectent les comportements financiers des investisseurs (et des professionnels), entraînant des fluctuations irrationnelles du marché. Je suis tout à fait d’accord avec cette affirmation et je pense que quiconque a acheté une action un jour peut en dire autant.

Il existe de nombreux autres facteurs qui pourraient expliquer pourquoi il est difficile de battre le marché. Mais pour conclure, je dirais simplement que si tu n’es pas un professionnel de l’investissement ayant accès à une infinité d’informations (et le temps de les parcourir toutes) et si tu as un horizon à long terme, tu seras toujours mieux loti en gardant à l’esprit que le “temps passé sur le marché” sera toujours supérieur au “timing” du marché. Dans ces conditions, les fonds indiciels constituent très probablement une stratégie sûre et solide.

Cela doit être un sacré choc culturel de venir du monde de la finance traditionnelle et d’être plongé dans Curvo. Comment s’est passée ta transition ?

Un tsunami culturel, tu veux dire. En effet, bien que faire le saut et me réinventer soit quelque chose que j’ai toujours su que je ferais un jour, je n’ai jamais pensé que ce serait aussi excitant et difficile en même temps. Mais j’adore ça, j’adore l’atmosphère que Thomas et Yoran ont créée, une atmosphère dans laquelle la résilience et l’accomplissement des choses sont la pierre angulaire de nos heures de travail.

En outre, le monde des start-up offre quelque chose de diamétralement opposé au monde traditionnel des entreprises. Dans tous mes emplois précédents, le seul objectif était d’essayer d’éviter les erreurs à tout prix. Mais chez Curvo, nous célébrons les erreurs car nous les considérons comme des étapes qui nous aident à atteindre nos objectifs.

Qu’est-ce qui t’enthousiasme le plus dans les projets de Curvo pour l’année à venir ?

Il y a beaucoup de choses qui m’intéressent chez Curvo, mais ce qui ressort le plus, c’est de voir comment nous allons apporter de la valeur ajoutée à la niche mal desservie pour laquelle nous créons l’application et l’impact que cela aura sur leurs habitudes d’épargne… J’ai le sentiment que notre produit trouvera un écho auprès de nombreuses personnes et je suis vraiment heureux de pouvoir aider les gens à commencer leur parcours “d’épargne pour l’avenir”.

Investis-tu actuellement ton épargne ?

Bien sûr ! Dans le contexte économique actuel, il ne sert à rien de laisser son argent sur un compte d’épargne. Honnêtement, si tu penses ainsi, tu ferais mieux de tout dépenser et au moins d’en profiter… En ce qui me concerne, j’investis principalement avec trois objectifs différents en tête :

  1. Ma pension : le rêve serait d’acheter une maison au Cap, en Afrique du Sud, et d’y passer les hivers avec ma femme une fois à la retraite, en profitant du soleil ;
  2. Mes enfants : économiser suffisamment d’argent pour les aider dans leurs projets futurs ;
  3. Mes loisirs : pouvoir acheter la prochaine voiture classique que je veux rénover.

Pourquoi pense-tu qu’un service comme Curvo est nécessaire ?

Je pense que Curvo comble un créneau mal desservi. Alors que la jeune génération d’investisseurs est confrontée à un avenir financier effrayant, elle recherche des conseils pour mieux épargner son argent via des outils adaptés à ses habitudes quotidiennes. Et c’est exactement là que Curvo crée une rupture : d’une part, les banques traditionnelles ne peuvent pas se permettre de servir ceux qui ne détiennent pas déjà une somme d’argent importante à investir, en raison de leur structure de coûts élevée. D’autre part, les plateformes en ligne et les courtiers existants offrent un accès facile aux marchés financiers, mais sans aucun conseil, et dépendent d’un trading actif pour générer des revenus. Chez Curvo, nous combinons le meilleur des deux mondes et le compilons dans un outil conçu spécifiquement pour cette niche.

Si tu as des questions à poser à Ben, n’hésite pas à le contacter à l’adresse suivante : ben@curvo.eu!